INFO : Pourquoi stériliser son chat ?

Affiche sterilisation finale

 

 

Un chat non stérilisé a des besoins à assouvir...

S'il est enfermé sans possibilité de sortie (notamment pour les chats en appartement), il sera frustré, miaulera, que dis-je hurlera jour et nuit ! Il cherchera à fuguer et marquera de son urine votre appartement et vos affaires... Le marquage urinaire ne concerne pas que les mâles, les femelles aussi marquent ! Et un chat non castré a souvent une urine très puissante, très odorante (surtout les matous)...

S'il peut sortir, les problèmes se multiplient...
Le marquage existera également, car il lui faudra marquer son territoire avec de jolis jets d'urine sur vos murs, notamment ! Les filles peuvent aussi marquer.

Votre chat aura tendance à fuguer, il se déplacera assez loin pour trouver des femelles/des mâles et élargir son territoire. Ainsi, il se mettra en danger, risquera sa vie sur la route, notamment.

La stérilisation le protège !

Les femelles non stérilisées sont sujettes aux tumeurs mammaires et ovariennes précoces. Il s'agit d'un CANCER et l'issue est fatale.
Une stérilisation avant les premières chaleurs (vers 6 mois) diminue de 91% le risque d’apparition de ces tumeurs !
Attention, l'usage de la pilule multiplie ce risque !

Les hormones mâles le rendent particulièrement agressif avec ses congénères. Suite aux bagarres, s'ensuivent blessures, oreilles écorchées, yeux blessés, pattes mordues, abcès et bien sûr RISQUE ACCRU DE CONTAMINATION PAR LES MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES, COMME LE FIV ou le Felv.

Le FIV est le virus responsable du SIDA du chat, très fréquent chez les chats entiers. Il n'existe pas de vaccin en France à ce jour (contrairement au Felv).

Suite aux saillies, les femelles pourront être contaminées par le FIV également, ou d'autres maladies sexuellement transmissibles (le FELV+ en fait également partie).

Le risque, c'est aussi celui que la chatte ait des petits...

Eh oui !

Après la saillie, outre les risques liés à une gestation (mort des chatons in utero nécessitant une intervention de curetage - notamment chez les chattes FIV+ ou FELV+ - , nécessité de césarienne si la chatte n'arrive pas à mettre bas, risque de manque de lait, affaiblissement de la mère, etc), admettons que Madame Chat mette bas dans de bonnes conditions, que vous ayez tout prévu (en dehors de la connaissance des pères des chatons, car oui, ils peuvent être plusieurs et Madame Chat ne les a pas choisis au physique !). 
Se posera au final la question fatidique :

QUE FAIRE DES CHATONS ?

Certains ont trouvé la parade : Rien ! Laisser faire la nature... Dans ce cas, les chatons non souhaités n'ont pas accès à la maison (bah, les 4 premiers peut-être, mais arrivés à 12 + la progéniture de ces 12...), ils "se débrouillent", trouvent leur nourriture où ils peuvent, ceux qui survivent aux différents virus et parasites, typhus, coryza, vers intestinaux (les chatons sont particulièrement fragiles) deviendront des chats adultes qui se reproduiront à leur tour...

Conséquence : surpopulation = problèmes d'hygiène = plaintes du voisinage = fourrière
Dans ce cas, il n’y a que deux façons de sortir : le refuge/association ou l’euthanasie (refuges complets, chat trop sauvage ou FIV+, FELV+, ou autres raisons qui font qu’ils ne seront pas pris en charge)

Mais vous, non :

Vous leur trouverez de "bonnes familles"...

... me direz-vous. Bien, bien, bien... Se pose la question de "qu'est-ce qu'une bonne famille" :

=> Dans le meilleur des cas, vous connaissez la personne, vous savez que le chaton sera stérilisé, bien nourri, bien traité, jamais abandonné et si tant est que vous ayez raison, je dirais « tant mieux pour le chaton » car ces personnes sont encore trop rares ! 
Mais reste un problème : ce chaton, né forcément en pleine période haute, n’est qu’un parmi des milliers, et il prendra la place d’autres qui attendent en fourrière, en refuge ou ailleurs et qui ne seront pas adoptés car vous venez de combler la place…

Car il y a plus de chatons qui naissent chaque année que de personnes pour les adopter !

=> Ceux que vous ne pourrez pas placer aussi bien (ben oui, rares sont les naissances en hiver, et 4 à 6 chatons à placer en juin, juillet ou août, bon courage pour trouver des gens sérieux ET qui ne pensent pas déjà aux vacances…), que risquent-ils : 

1. Vous ne trouvez pas de famille et vous retrouvez avec quelques chats en plus. Sans stérilisation, vous ne vous en sortirez jamais...
2. La maltraitance : si on écarte les malades mentaux qui leur font du mal gratuitement, il y a aussi les gens qui tapent pour punir ! Les bêtises, murs et meubles griffés, vases cassés, chats chapardeurs… Pour peu que les gens ne l’aient pas stérilisé, une chatte en chaleur qui hurle, j’en connais qui balancent leurs chaussures… et un chat qui tapisse les murs d’urine peut finir claqué au mur ou passer par la fenêtre… VERIDIQUE !
3. Passer de mains en mains suite à des abandons successifs (mêmes raisons + entre les allergies, les femmes enceintes qui ont peur de la toxoplasmose ou n’ont plus le temps, plus la place, les enfants qui se font griffer, les poils qui gênent, le déménagement à l’étranger et j’en passe…), 
4. Abandon dans la rue ou en refuge (mêmes raisons, que dans le 1er et le 2e cas),
5. Risque de fugue, donc vie misérable, 
6. Manque de soins (pas toujours faute de moyens, mais souvent faute d’envie de dépenser ses sous "JUSTE pour un chat" !)

Les options sont donc sympa : avoir une vie de misère et de douleurs, mourir faute de soins ou de nourriture suffisante, finir euthanasié (non, ce n’est pas forcément la pire option…)

Mais heureusement, il y a une dernière possibilité :
7. Avoir du bol et tomber sur une famille qui s’en occupera bien (parfois après un ou 2 abandons)… mais il aura pris la place d'un chat ou chaton abandonné !

Pour peu qu'en plus, vous l'ayez placé trop jeune (sevrage psychologique : 3 mois !), il risquera de développer des troubles du comportement et du stress, ce qui le prédisposera à être un chat « à problème », parfois malpropre, parfois agressif (faites une recherche Google avec « syndrome du tigre » pour voir) et il a peu de chances d’entrer dans la dernière catégorie !

LA SOLUTION EXISTE ET ELLE EST SIMPLE COMME UNE OPERATION BENIGNE : C'est la STERILISATION !

 

En résumé, si vous pensez que la stérilisation est contre-nature, réfléchissez à tous les avantages qu'elle offre à votre chat :

- Elle réduit les comportements sexués (miaulements diurnes et nocturnes, marquages urinaires, agressivité)

- Elle réduit considérablement les risques de cancer chez les femelles

- Elle réduit le risques de blessures (via bagarres) et d'accidents (limite les fugues)

- Elle réduit le risque de contracter des maladies sexuellement transmissibles (FIV et FELV entre autres)

- Elle permet de lutter contre la surpopulation féline et la misère qui en découle

 

Stérilisez, ça devrait être obligatoire pour tous les chats.


Son coût est entre 60 et 150 € selon que votre chat soit mâle ou femelle, et selon les vétérinaires. Renseignez-vous auprès de votre vétérinaire et si vous n'avez pas les moyens, contactez un dispensaire SPA qui pourra pratiquer cette opération à moindre coût.

×